Retraite en silence : incroyable leçon !

 - Vincent Jousse

Je viens de vivre une expérience incroyable : deux jours coupé du monde, de l’électronique et de la parole. Je savais que ça serait spécial, mais je ne m’attendais pas à en découvrir autant sur moi et à me dire, au bout des deux jours : mince, c’est déjà fini ?

Le concept

Se couper du monde extérieur pour se connecter à soi et globalement, se passer de tout écran/technologie :

J’y ai rajouté :

En revanche, tout ce qui n’est pas numérique était autorisé : livres, carnets, etc. Des méditations étaient organisées à intervalles réguliers (ou pas, sans montre c’est moins facile de savoir 😅) avec des gongs tibétains et autres instruments et donc forcément sans parole. Libre à chacun d’y assister, ou pas.

Ces deux jours se sont déroulés à côté de Porto, dans une Quinta (ferme) en pleine nature. J’imagine que vous pourrez trouver le même genre d’expérience en France. Pour les curieux, voici (en portugais forcément !) le lien du site de la retraite en question organisé par le fabuleux Miguel Lourenço, merci à lui ! Il s’avère que Miguel parle français, même si la barrière de la langue n’est pas vraiment le problème quand on n’a pas le droit de parler 🥸

Quinta da costa

Évaluer son rapport à la technologie

Le premier gros challenge, c’est de se passer de nos doudous numériques qui nous tiennent compagnie toute la journée habituellement, et notamment notre smartphone. Étonnamment, ce fut facile et un vrai soulagement pour moi. Une fois éteint, il ne faisait plus partie des possibles et a permis de libérer de la place pour autre chose. Le soulagement que j’ai ressenti m’a permis de me questionner etde me rendre compte que mon smartphone est autant une solution qu’un problème. Ce qui est sûr, c’est que si j’ai été soulagé, c’est qu’il représentait un poids.

C’est le premier enseignement que je tire de ces deux jours : trouver un moyen d’avoir une relation plus saine avec mon smartphone : le mettre en mode avion bien avant de me coucher, ne le rallumer qu’après le petit déjeuner et enlever tous les applications de “réseaux sociaux” dessus (j’ai déja désactivé toutes les notifications).

Et vous, qu’est-ce que ça vous ferait de vous en passer deux jours ?

Évaluer son rapport au temps

Et se retrouver sans montre et sans moyen d’avoir l’heure, ça fait quoi ? C’est aussi soulageant que de se couper de son téléphone.

Cela permet de se rendre compte que, naturellement, on sait quand manger, quand aller dormir, il n’y a pas besoin d’attendre qu’il soit midi pour aller manger.

Cela permet aussi de s’écouter encore plus. Au lieu de trouver une raison externe d’aller manger (« il est midi », « tout le monde passe à table », etc) cela m’a forcé à me poser la question de « est-ce que j’ai faim » ? Et j’ai eu l’impression que c’était vraiment la première fois que je me la posais en conscience. La réponse a plus souvent été non que oui. Sans le côté social du repas, j’ai au final assez peu mangé.

Être au lieu de Faire

C’est ce que je venais chercher en venant dans cette retraite : essayer de me reconnecter à moi-même et de passer du temps à chercher ce que je voulais être et arrêter de vouloir absolument trouver ce que je voulais faire.

J’ai passé beaucoup de temps avec un bloc notes et un stylo à écrire ce que je ressentais, ce que je pensais et à travailler sur ce que je voulais être, quel type de vie je voulais vivre. Coucher cela par écrit aide à réfléchir, ne pas avoir de limite de temps ou de distractions extérieures aide encore plus.

J’en ai profité pour lire et faire le travail d’introspection proposé dans un livre que j’avais acheté il y a quasi dix ans et que je n’avais jamais vraiment pris le temps de lire Life On Purpose:: Six Passages to an Inspired Life.

Life On Purpose ne se traduit pas très bien en français, mais l’idée du livre est de se poser la question sur le type de vie que l’on veut vivre et de la résumer en une phrase concise. Voici la mienne :

«Vivre une vie d’abondance joyeuse, pleine de générosité et de plaisir de partager, animée par une authentique simplicité ».

Cet article, le premier que j’écris depuis des années sur le thème du développement personnel, est une première tentative de me remettre au plaisir de partager avec vous, simplement. Et même si cela devait être le dernier avant un petit bout de temps, il aura au moins eu le mérite d’exister 😊

N. B. : Si le sujet « Life On Purpose » vous intéresse, vous pouvez lire la série d’articles de Steve Pavlina à ce propos.

Enseignements

Voici ce que j’en ai tiré et pourquoi je vous conseille d’essayer de vivre cette expérience incroyable s’il y en a une organisée prêt de chez vous :

Si vous avez des expériences à partager sur des retraites en silence ou même des retraites à conseiller, n’hésitez pas à me contacter, j’en ferai une liste ici !

Au plaisir ! ✨