Être homme et pleurer

 - Vincent Jousse

J’ai toujours fait partie de ceux qui pleurent. D’aussi loin qu’il m’est possible de m’en rappeler, j’ai toujours pleuré.

Pleurer me faisait du bien, pleurer me connectait à mon corps, à mes sensations, à la partie de moi qui vibre.

Et puis, la réalité s’est rappelée à moi. À un moment, il semblerait qu’il faille être adulte et grandir. Les études, l’informatique, fonder une famille, avoir des responsabilités, tout ça ce n’est pas fait pour les pleureuses.

Il faut être un bonhomme, un mec, un vrai.

Et si, finalement, être adulte et homme c’était aussi et surtout accepter de vivre ses émotions ?

Dans notre société qui prône le succès, la réussite, la startup nation, la domination de l’Homme sur la nature, permettre d’être sensible est un vrai acte militant et puissant.

Admettre au final qu’être homme, c’est aussi et surtout être sensible et vulnérable.

Chers hommes, laissez vos larmes couler car, j’en suis persuadé, elles rempliront les rivières qui nourriront vos enfants, plus que tout l’argent que vous serez capable de gagner.