Voyager en famille en sac à dos

Trois enfants (3, 6 et 9 ans), deux gros sacs à dos pour les parents, deux petits pour les enfants, trois semaines de vadrouille et vingt-huit heures de vol aller-retour sans les escales : voilà de quoi remplir un beau voyage en Thaïlande !

Et pourtant, la décision de partir « à l'aventure » avec trois enfants en relativement bas âge n'a pas été évidente à prendre. Les questions et les fausses excuses pour rester à la maison ont été nombreuses : - Trois ans, ça fait pas un peu petit quand même ? Réponse : non, ça a été la plus tranquille à gérer ! - Et s'ils attrapent la dengue, le palu ou un truc dans le style ? Réponse : ils peuvent aussi bien attraper la grippe, une méningite, le chikungunya ou pire en France. Ça serait pas de chance, mais ça peut arriver. On fera tout pour prendre en compte ce risque. - Les 28 heures d'avion et les 52 heures de transport sur place (train, bus, bateau), ça va être l'enfer ! Réponse : c'est un des moments qu'ils ont préféré ! Papa/Maman pour eux tout seul, jeux et films au programme. - Avec uniquement deux sacs à dos pour les affaires, ça va jamais le faire, on va manquer de plein de choses. Réponse : On en a encore emmené de trop ! - Partir sans quasiment rien réserver à l'avance en dehors des billets d'avion, c'est pas un peu inconscient ? Réponse : Du tout, ça nous a permis d'adapter notre voyage aux envies du moment.

Je pourrais en trouver encore beaucoup comme ça. On trouve toujours bon nombre de raisons de ne pas faire quelque chose qui nous fait sortir de notre zone de confort, alors qu'on a plus de mal à trouver des raisons valables pour le faire.

Pour ce voyage ça a été mon cas. J'étais assez réticent, par peur de l'inconnu, par peur de ne pas pouvoir gérer. Je trouvais beaucoup de raisons de ne pas le faire et assez peu de raisons de me lancer. Et en fait, l'évidence était sous mon nez, une seule raison devait suffire à écraser toutes les autres : avoir l'occasion de sortir de sa zone de confort, d'affronter ses craintes, ses doutes et ses incertitudes.

Bien plus que la simple visite d'un pays, ce voyage a été un formidable moment en famille et un très bon moyen de voir ce dont nous étions capables.

Voici une liste non exhaustive des choses que l'on a apprises au passage :

  • Ne pas réserver ses hébergements et ses transports permet une très grande flexibilité. Je ne dis pas que ça n'a pas été un peu stressant de temps en temps, mais ça se gère sur place, même à cinq. Ça faisait partie des choses que j'avais envie de tester « pour voir ».
  • Voyager avec des enfants permet de faire plein de connaissances. On n'a jamais autant discuté avec des inconnus que lors de ce voyage avec les enfants. Ils se font des « copains » à tout bout de champ, si bien que par la force des choses, on devient copain avec les parents aussi. C'est là qu'on se rend compte que spontanément, en tant qu'adulte, on ne va plus vers les autres. Alors sur ce coup là, merci les enfants !
  • Respecter le rythme des enfants est primordial. C'est un voyage pour toute la famille mais cadencé par le rythme des enfants.
  • Voyager avec deux gros sacs à dos (60 et 65 litres) est super pratique avec des enfants. Vous avez les mains libres pour vous occuper d'eux et vous pouvez même en porter un de temps en temps.
  • Changer d'hébergement régulièrement (tous les 2-3 jours dans notre cas) n'a pas été un problème. Trouver une Guest House avec piscine a été très apprécié des enfants, ainsi que la dernière semaine sans changer de lieu, histoire de les ménager un peu. Se poser avant de repartir a fait du bien à tout le monde.
  • Aucune de nos craintes d'avant voyage ne s'est révélée fondée. À bien y réfléchir, c'est vraiment impressionnant. On s'était créé des problèmes imaginaires bien avant qu'ils aient la moindre chance d'exister. Chance qu'ils n'ont d'ailleurs jamais eue ! Nos plus grandes limites sont celles que nous nous fixons.

Globalement, si j'avais un truc à retenir de ce voyage ça serait cela : quand on veut, on peut, tout le reste ce n'est que de fausse excuses.

Nous avons uniquement séjourné dans des Guest House (chambres d'hôtes) et des auberges de jeunesse en réservant sur place quelques jours avant ou directement en arrivant dans la ville. J'avais acheté une carte SIM locale (TrueMove H) de manière à pouvoir appeler sur place. L'anglais n'a pas été un problème même par téléphone : « 26 of august for two nights ? ok ! ».

Pour ceux d'entre vous qui aimeraient faire ce style de choses mais n'osent pas : lancez-vous quand même ! Rien ne va se passer comme prévu : ça sera souvent beaucoup mieux. Faites-vous un peu violence et réservez vos billets d'avion : vous ne pourrez plus faire marche arrière.

N'oubliez pas que quoiqu'il arrive vous aurez toujours du positif à en tirer, ne serait-ce que le fait d'avoir eu le courage de franchir le pas.

Pour ceux que ça intéresse, ci-dessous notre parcours sur place. Je ferai un autre post de blog avec plus de détails sur le voyage un peu plus tard.

  • 4 nuits à Bangkok (2 auraient suffit) puis 1h30 de mini-van vers Ayutthaya.
  • 2 nuits à Ayutthaya puis 6 heures de bus VIP vers Sukhothaï.
  • 1 nuit à Sukhothaï dans la vieille ville (suffisant) puis 6 heures de bus 2nde classe vers Chiang Maï.
  • 4 nuits à Chiang Maï puis 15 heures de train de nuit vers Bangkok.
  • 2 heures d'attente à Bangkok et 8 heures de train vers Chumphon.
  • 1 nuit à Chumphon puis 1h30 de bateau vers Koh Tao.
  • 4 nuits à Koh Tao puis 1h30 de bateau et 10h de bus vers Bangkok.
  • 1 nuit à Bangkok puis départ vers la France.

Si vous avez des questions ou si vous voulez plus d'informations sur le voyage, n'hésitez pas à me contacter !

Share this Post: