Pourquoi lâcher prise

Cet article fait partie de la traduction du livre « The one skill » de zenhabits

Tous nos problèmes viennent de notre incapacité à lâcher prise.

J'ai glané cette idée il y a quelques années en lisant un livre sur le Bouddhisme Zen : sa simplicité m'a frappé.

Est-ce que ça pourrait être vrai ? Imaginez : un oiseau en vol. L'oiseau vit ce moment entièrement, complètement concentré sur son vol, peut-être en train d'utiliser sa vue affûtée pour chercher de la nourriture.

Il ne se met pas à se demander « Pourquoi est-ce qu'il fait si froid ici ? Qu'est-ce que les autres oiseaux pensent de moi ? Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire quand je vais rencontrer les autres oiseaux tout à l'heure ? Est-ce que je vais réussir à construire mon nid ? Pourquoi est-ce ma poitrine n'est pas plus grosse ? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à me réveiller plus tôt comme les autres oiseaux ? » et ainsi de suite.

Bien sûr, en tant qu'humain, nous avons de plus gros cerveaux que les oiseaux, et nous pouvons résoudre des problèmes, écrire de la poésie et construire des gratte-ciels. Nous avons donc beaucoup plus de capacités et beaucoup plus de choses à gérer que le simple oiseau porté par le vent.

Bien que plus gros, ces cerveaux sont la cause de tous nos problèmes. Je ne fais pas référence aux problèmes de pauvreté et de maladie, mais aux problèmes concernant notre tendance à tout compliquer, à ressentir de l'anxiété et de la frustration, de la dépression et de la colère au sujet des choses qui nous arrivent et qui pourraient nous arriver et qui nous sont déjà arrivées mais au sujet desquelles on ne peut pas s'empêcher de penser.

J'ai donc testé cette idée Zen ces dernières années et les résultats ont été incroyables : j'ai diminué mon stress, j'ai commencé à moins procrastiner, j'ai amélioré mes relations avec les autres, j'ai augmenté ma capacité à faire face au changement, j'ai appris à changer des habitudes compliquées et je suis devenu plus présent dans ma vie.

Lâcher prise est une compétence qu'on ne surestimera jamais assez. Et la résistance dont la plupart des gens font preuve face à l'idée de lâcher prise est toute aussi grande.

Voyons quelques exemples (je rentrerai plus en détail dans les chapitres suivants) :

  • Stress : notre stress vient du fait que nous voulons que les choses se passent d'une certaine manière et quand, inévitablement, elles se passent autrement nous stressons. Mais si nous pouvions lâcher prise au sujet de comment devraient se dérouler les choses et accepter, apprécier la réalité telle qu'elle est, nous pourrions nous débarrasser du stress.

  • Procrastination : nous procrastinons à cause de la peur de l'échec, des tâches difficiles, de la confusion, de l'inconfort. Mais si nous pouvions lâcher prise, arrêter de vouloir que les choses soient faciles, qu'elles réussissent, qu'elles soient confortables, … et juste accepter que tout ça fait partie des expériences de la vie, nous pourrions juste nous concentrer sur la réalisation la tâche.

  • Habitudes et distractions : quoiqu'il en soit, la plupart des gens éprouvent des difficultés à changer leurs habitudes pour la même raison — nous procrastinons sur nos habitudes comme nous procrastinons sur notre travail. Nous succombons aussi aux distractions toute au long de la journée pour les mêmes raisons.

  • Agacement et frustration au sujet des autres : Nous sommes agacés par certaines personnes car elles ne se comportent pas de la manière dont nous le voudrions. Ça détériore nos relations avec elles car elles nous énervent, ça nous rend moins heureux. À la place, nous pourrions laisser partir notre envie qu'elles se comportent d'une certaine manière, les accepter comme elles sont et juste être bien avec elles. Ça rend la relation à l'autre bien meilleure — j'ai pu m'en rendre compte avec mon père, ma femme et mes enfants.

  • Perte et mort : Lorsque quelqu'un meurt, lorsque l'on perd notre travail ou lorsque nous sommes atteints d'une importante maladie, nous sommes confrontés à des pertes qui engendrent chagrin et souffrance. Même si c'est inévitable (et nous devrions d'ailleurs accepter notre chagrin), être capable de lâcher prise nous aide à gérer ces pertes.

  • Être présent : Beaucoup d'entre nous aimeraient être plus présents dans leur vie quotidienne de manière à ne pas passer à côté et à en profiter pleinement. Imaginez un délicieux plat en face de vous, vous le mangez mais êtes en train de penser au travail pendant que vous mâchez… vous être en train de manquer les saveurs que le plat a à vous offrir. Mais si vous pouviez lui consacrer toute votre attention, vous pourriez l'apprécier pleinement. La vie est exactement comme cela… nous sommes tellement toujours en train de penser à plein de choses que nous ne pouvons pas être dans le moment présent. Nous pouvons apprendre à lâcher prise sur ce futur ou ce passé et apprendre à être dans le moment présent.

  • Peur : De la remise au lendemain d'une création d'entreprise au fait d'être en surcharge pondérale, la base de nos problèmes est la peur. Cette peur trouve racine dans notre volonté de contrôler la manière dont devraient se passer les choses. Nous y reviendrons plus tard, mais pour l'instant, ce qu'il est important de noter c'est que si nous pouvons nous débarrasser ou tout du moins diminuer notre volonté de contrôler le déroulement des choses, nous pouvons par la même occasion diminuer la peur.

Tout ça n'est qu'un petit aperçu, mais vous pouvez déjà vous rendre compte comment lâcher prise peut devenir une compétence incroyable lorsqu'il s'agit de faire face aux problèmes de la vie.

Et lâcher prise est une compétence qui s'apprend. Ce n'est pas facile, mais ça peut s'apprendre en y passant 5 minutes chaque jour. De manière surprenante et aussi facile que cela peut paraître, cette pratique de 5 minute chaque jour amène de grands résultats.

Dans ce livre concis, nous allons voir comment le « lâcher prise » fonctionne avec différents types de problèmes, et comment nous pouvons l'apprendre et le pratiquer.

Share this Post: