Pourquoi et comment ne pas devenir cadre

J'ai l'occasion d'enseigner en Université de temps en temps et il semblerait que depuis le temps où je l'ai quittée, rien n'a vraiment changé : une grande partie des étudiants veut être chef de projet. Allons bon ! À ce rythme là, il y aura bientôt plus de dirigeants que de personnes à diriger. Vous êtes-vous seulement posé les bonnes questions ? À commencer par : pourquoi être cadre ou accepter un poste avec « plus de responsabilités » ?

Temps de lecture : 5 minutes.

Devenir cadre pour de mauvaises raisons

Les personnes voulant à tout prix « monter dans l'échelle sociale » semblent toutes avoir de bonnes raisons :


  • Gagner plus d'argent

  • Avoir plus de responsabilités et donc un travail plus intéressant

  • Ne pas faire les tâches que font les « petites gens »

  • Gagner en statut social auprès de son entourage

  • Être reconnu à sa propre valeur (corollaire du point précédent)

Admettons. Le but ultime de tout cela devant être : être heureux dans sa vie. Je pense que l'on peut se mettre tous d'accord là dessus, un des buts de notre vie c'est de la vivre avec bonheur.

Il semblerait qu'obtenir un super poste soit la façon d'y arriver pour une grande majorité des personnes. Depuis que vous êtes petits, vos parents vous ont appris à travailler dur. À travailler plus pour gagner plus. À faire mieux que les autres. À faire vos « devoirs » (notez la subtilité du terme), à avoir une meilleure note la prochaine fois, à faire toujours plus et toujours mieux. Et si vous faisiez plutôt différemment à la place ? Si vous suiviez la route qui vous convient ?

Si vous vous posiez la question une fois dans votre vie : « est-ce que j'ai choisi consciemment ma vie » ? Est-ce que ce qu'y m'arrive est le fruit de choix délibérés, ou suis-je en train de vivre le « rêve idéal » de la société et non pas le mien ? Il n'y a rien de mal à être différent, au moins vous serez vous-même.

Pourquoi ne pas devenir cadre

Ce n'est pas parce qu'il semble que tout le monde s'accorde sur quelque chose, que ce quelque chose est vrai. C'est d'ailleurs souvent un signe annonciateur d'une fausse vérité. Par exemple la société semble s'accorder sur le fait qu'il faut avoir un travail, être propriétaire et une belle famille pour avoir tout ce qu'il faut pour être heureux (même si on ne l'est pas). Si vous avez déjà été malheureux ou vous vous êtes déjà senti mal dans votre vie, vous savez qu'avoir la situation dont tout le monde rêve ne change rien. Ce qui importe, c'est ce que vous en pensez et comptez en faire, et non ce que les autres en pensent. Ce que les autres en pensent a d'ailleurs tendance à empirer les choses. Plus les gens semblent envier une situation dans laquelle vous ne vous plaisez pas, plus vous vous sentez mal à l'aise.

Partant de ce constat, êtes-vous sûr que devenir cadre ou tout simplement gravir l'échelle sociale grâce au travail est la première chose à faire ? Croyez-vous vraiment que vous serez plus heureux avec plus d'argent, plus de « pouvoir d'achat », plus de « choses » à la maison, plus d'heures au travail, plus de fatigue, moins de liberté et de temps passé avec vos proches ?

Il est déjà discutable de « vendre son temps » contre un salaire (nous aurons l'occasion d'en rediscuter dans un autre article) et de créer de la valeur pour quelqu'un d'autre que vous-même. Il l'est encore plus de chercher à en vendre plus et de manière plus intensive à ses propres dépens. Le problème de vouloir toujours plus, c'est de ne jamais être satisfait de ce que l'on a et de passer sa vie à chercher ce que l'on n'a pas, alors que l'on pourrait juste vouloir autre chose, c'est à dire vouloir être nous. La seule chose dont vous vous renderez compte quand vous aurez obtenu ce que vous vouliez (le super poste de cadre, la promotion, l'ascension sociale, … ) c'est qu'il vous faut obtenir autre chose pour être heureux. Bis repetita.

Au lieu de toujours chercher plus, toujours mieux, le temps est peut-être venu pour vous de vous poser et de réfléchir avant de prendre votre prochaine décision. Être cadre signifie ne plus avoir d'horaires, perdre sa liberté à cause de son préavis, devoir toujours être plus performant, mériter son gros salaire, passer moins de temps à la maison, avoir plus de stress, etc. Vous prenez aussi le risque d'augmenter votre « niveau de vie » encore plus, votre « pouvoir d'achat », votre dépendance aux « choses » futiles et inutiles. Il sera alors encore un peu plus compliqué de vous détacher de tout cela et de vous rendre compte que rien de tout cela ne fera votre bonheur.

Comment ne pas devenir cadre

Arrêtons-nous un instant et reprenons les choses dans l'ordre. Ce que je vous conseille tout d'abord c'est de mettre par écrit vos valeurs. Faites une liste de mots qui caractérise ce que vous avez envie d'être. Les valeurs que vous voudriez transmettre à vos enfants si un jour vous avez l'occasion d'en avoir. Ce qui fait que vous êtes vous. Essayez de vous dégager de la pression sociale lorsque vous faites ça. Ce n'est pas la peine d'écrire « gagner suffisamment d'argent », « être propriétaire », « avoir un beau métier », « subvenir aux besoins de famille », « être un bon père de famille », « être un bon mari » j'en passe et des meilleurs. Tout cela est issu de l'héritage social que nous recevons tous. C'est le rêve collectif de la société, ce n'est pas vous.

Personnellement voilà les valeurs que j'ai envie de transmettre : le partage, le respect et la liberté. Essayez vous aussi de mettre par écrit les valeurs qui comptent réellement pour vous. Prenez le temps qu'il faut mais essayez d'en dégager au moins trois ou quatre. Peu importe si ce sont des valeurs que vous ne portez pas du tout via votre travail ou votre vie de tous les jours. Ce qui est important c'est que ce soit des valeurs qui vous tiennent à cœur et que vous aimeriez porter.

Ensuite, une fois que vous sentirez au fond de vous que ces valeurs vous parlent, servez-vous en comme une paire de lunettes. Voyez à travers elles et utilisez les pour savoir où vous marchez. Est-ce qu'à la lumière de ces valeurs devenir cadre ou tout faire pour décrocher le travail que tout le monde veut a toujours un sens ? Si oui très bien, vous savez ce que vous faites. Si non, il était grand temps de vous en rendre compte ;-) Essayez de gravir les échelons d'une vie qui ne vous convient pas ne vous rendra pas plus heureux. Plus tôt vous vous en rendrez compte, plus tôt vous pourrez corriger le tir. Il est peut-être temps pour vous de suivre votre instinct.

Ce que je veux que vous reteniez de ce post c'est que vous ne devez pas vivre le rêve des autres. N'essayez pas de devenir cadre, d'obtenir la prochaine promotion ou de décrocher le super job pour de mauvaises raisons. Si vous devez faire ce choix, faites-le en conscience.

Trouvez une autre route

Devenir cadre ou accepter un poste avec « plus de responsabilités » a le désavantage de vous rendre encore plus dépendant. Devenir encore plus dépendant de votre employeur n'est pas la seule solution. C'est la solution que la société accepte comme idéale, mais ce n'est pas forcément la votre. Vous pouvez trouver votre bonheur et ajouter de la valeur au monde sans pour autant sacrifier ce que vous êtes, votre liberté et ce que vous aimez faire. Je vous conseille grandement de réaliser un travail sur vous avant de sauter sur la prochaine occasion de changer de travail ou de poste. Je ne dis pas que c'est facile ou que tout le monde peut le faire, mais sans vous connaitre vous-même vous aurez du mal à faire des choix en conscience.

Je me permets de vous dire cela car je l'ai fait. Si je l'ai fait, vous aussi vous pouvez. Si vous ne savez pas par où commencer, prenez le temps de lire l'article « le courage de vivre consciemment », il a déjà aidé bon nombre de personnes à se réveiller et à sortir du rêve collectif dans lequel beaucoup d'entre nous sont plongés. Si vous refusez sciemment de chercher à devenir cadre pour choisir votre vie en pleine conscience vous pouvez alors être fiers de vous : vous faites bien mieux que la majorité des personnes. Posez vous les bonnes questions, soyez fier de vous et assumez le, il n'est jamais trop tard pour être heureux.

Share this Post: