Le secret pour prendre ses responsabilités (et ne plus se comporter en victime)

Prendre ses responsabilités n'est pas une question d'âge, vous pouvez avoir 60 ans et ne toujours pas prendre vos responsabilités. Inversement, des personnes de 20 ans ont appris très jeune à le faire.

Soyons clair, la majeure partie d'entre nous ne prend pas ses responsabilités, y compris vous. Même si vous êtes convaincu du contraire, lisez un peu la suite pour voir.

La question magique à se poser pour prendre ses responsabilités

Prendre ses responsabilités n'a rien à voir avec payer ses factures, avoir un job ou avoir des enfants. Enfin, pas que. Prendre des responsabilités c'est avant tout assumer sa vie, et ça, peu de gens sont capables de le faire.

À vrai dire, savoir si l'on prend ses responsabilités est assez facile. Il suffit juste de se poser la question « est-ce que je pense que ce que m'arrive est de la faute de quelqu'un ? ». C'est la seule et unique question que vous devez garder constamment à l'esprit. Si la réponse est oui, vous vous comportez encore comme un enfant. Si vous ne remettez jamais la faute sur les autres, vous êtes devenu adulte, bravo (tout ceci n'est bien sûr pas une question d'âge). Et ce, quoiqu'il vous arrive.

À chaque fois que vous rejetez la responsabilité sur quelqu'un d'autre, vous mettez juste en lumière une faiblesse de votre personnalité. Vous vous comportez en victime. Le problème c'est qu'en se comportant en victime, on ne peut faire évoluer les choses. Vous ne pourrez résoudre ce type de problème qu'en vous plaçant d'un autre point de vue. Comme le disait fort justement Einstein « On ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l'a créé. ». La seule solution qui s'offre à vous est d'arrêter de vous comporter en victime.

Quelques exemples

Si vous n'êtes pas sûr de comprendre de quoi je parle, voici quelques exemples de situations où nombre de gens ne prennent pas leurs responsabilités (exemples suivis d'une formulation plus responsable) :


  • « ce n'est pas juste, il/elle ne voudra jamais que je fasse ça », « à cause de lui/elle je n'ai pas pu faire cela » => « je ne suis pas prêt à assumer les conséquences si je fais ça. Je préfère m'écraser que d'affronter son éventuel mécontentement »

  • « il/elle aurait pu penser à moi, avoir une petite attention » => « je ne devrais pas penser à la place des autres, ça n'a jamais rien amené de bon. Et si je l'acceptais comme il/elle était ? Si c'était moi qui en demandait trop ? »

  • « il a eu cette promotion à ma place car il a failloté auprès du boss » => « Si je n'ai pas eu cette promotion, c'est que je n'ai pas su mettre assez en avant mes qualités dans l'intérêt de l'entreprise ou que l'entreprise ne me correspond plus. C'est peut-être un signe pour moi qu'il est temps de changer. »

  • « ce boulot me fatigue, je dois faire des horaires de dingue pour réaliser tout ce qu'on me demande » => « Il n'est pas possible de passer sa vie au travail. Ou je m'organise mieux, ou j'apprends à dire non, mais il va falloir que je réagisse »

  • « mes employés sont tous des fainéants, si ils travaillaient un peu plus nous ne serions pas en difficulté » => « nous n'arrivons pas à nous en sortir financièrement, il va peut-être falloir revoir ma stratégie pour l'entreprise. Commençons par demander aux employés ce qu'ils pensent de l'entreprise dans laquelle ils travaillent. »

La méthode à adopter pour prendre ses responsabilités

À chaque fois qu'il vous arrive quelque chose qui vous contrarie, qui vous stresse ou qui vous dépasse et que vous semblez rejeter la faute sur quelque chose / quelqu'un d'extérieur, posez vous ces questions :


  • Qu'est-ce qui déclenche ce sentiment de victime en moi ? De quoi ai-je peur ? De ne pas être aimé, de me retrouver seul, de ne plus avoir d'argent, de ne pas retrouver d'autre travail, … ? Tout sentiment de victime commence par une peur enfouie en vous, identifiez là.

  • Écrivez quelque part (comme dans les exemples ci-dessus) une reformulation de votre problème d'un autre point du vue.

  • Au lieu de combattre le problème que vous pensez avoir en vous comportant en victime, commencez plutôt par combattre votre peur.

  • Faites cela à chaque fois que vous vous rendez compte que vous vous comportez en victime.

Ça va vous demander de temps, Rome ne s'est pas construite en un jour, mais il a bien fallu que quelqu'un pose la première pierre. Et si vous ne voulez pas « passer à côté de votre vie », autant commencer maintenant.

Et vous, par où allez vous commencer pour prendre vos responsabilités ?

Share this Post: