Il y a des jours comme cela

Il y a des jours comme cela. Des jours, des heures, des minutes qui vous paraissent des années. Vous faites de votre iPhone votre animal de compagnie et de Facebook votre vie sociale. Vous n'avez jamais eu autant d'amis, vous communiquez avec eux via votre mur Facebook et vous pouvez même les « poker » à longueur de journée. Paradoxalement, plus vous avez d'amis, plus vous avez le sentiment d'en manquer.

Et un jour, pas comme les autres, vous croisez le chemin d'une personne qui vous est encore totalement inconnue. Et pourtant elle vous rappelle vaguement quelqu'un, comme une impression de déjà vu. Vous savez, le type de personne dont vous n'arrivez pas à vous rappeler le nom, monsieur « machin » qui pourrait aussi bien s'appeler Robert que Bryan. Pourtant, pour une raison qui vous est inconnue, vous avez envie d'aller naturellement à sa rencontre. Plus vous avez envie de faire sa connaissance, plus vous semblez tomber dessus par hasard. Cette personne a une toute petit voix que vous avez du mal à percevoir, un murmure dans la nuit, un bruit de rivière au loin.

Mais à chaque fois que vous arrivez à la distinguer, vous êtes étrangement troublé, bousculé et fasciné par ce quelle vous apprend. Elle semble en connaître un rayon sur vous, comme si elle savait qui vous étiez. C'est étrange, déstabilisant et même complètement effrayant. Vous prenez peur, votre vie semble basculer, tout est remis en question, vous ne savez plus qui vous êtes. Heureusement, un message sur Facebook vous ramène à la réalité et vous rappelle que vous avez des préoccupations bien plus importantes.

Et si cette petite voix qui fait tout pour se faire entendre c'était la votre ? Il serait alors temps de se réveiller et d'agir. La peur vous empêche de vivre depuis déjà bien trop longtemps. Personne ne peut être heureux à votre place, pas même vos « amis Facebook ». La chance de pouvoir agir maintenant est la seule chose sur Terre que vous perdez constamment : arrêtez l'hémorragie !

Share this Post: